mercredi 25 février 2015

Gâteau aux clémentines


Ce gâteau créé par Nigella Lawson que j’ai découvert chez Nadji de Saveurs et Gourmandises goûte le ciel. C’est un délice incomparable!

Cuisiner la clémentine de cette façon est un véritable charme. D’abord, on fait cuire les fruits non pelés dans un peu d’eau durant 2 heures. Vous dire à quel point cela sent bon dans la maison! Ensuite, une fois que les clémentines sont refroidies, on les broie avec la peau et la chair dans le robot culinaire. On laisse la purée dans le robot et on incorpore les autres ingrédients. On mixe le tout. Voilà!

La première fois que j’ai fait ce gâteau aux clémentines, c’est à l’occasion d’un anniversaire dans la famille. Ce fut un véritable succès d’autant plus que le gâteau avait été glacé de Chantilly. Mes petits-enfants ont été éblouis et en ont redemandé!

Ce n’est pas tous les jours fête, alors ma version d’aujourd’hui est plus tranquille, mais tout autant appréciée par les gourmands de ma famille!



J'ai modifié légèrement la recette de Najdi en employant des oeufs extra-gros au lieu de gros oeufs parce que c'est ce que j'avais à la maison. J'ai dû toutefois augmenter le temps de cuisson pour compenser. Dans les lignes qui suivent, je propose la recette de ma copine telle que décrite dans son blog.


Le gâteau à sa sortie du four en train de refroidir.

Gâteau aux clémentines
8 portions
375 g de clémentines (4 clémentines)
6 gros oeufs à la température ambiante
225 g de sucre blanc
250 g de poudre d'amandes
1 cuillère à thé de poudre à pâte (levure chimique)

Déposer les clémentines entières dans une casserole avec un peu d'eau froide (à la moitié des clémentines environ). Porter à ébullition. Couvrir et réduire le feu à moyen-doux et cuire 2 heures. Après 1 heure de cuisson retourner les clémentines.

Égoutter les fruits et les laisser refroidir. Couper chaque clémentine en deux et retirer les pépins, s'il y en a.

Mettre les clémentines (peaux, chair et jus) dans le bol d'un robot culinaire. Mixer quelques secondes.
Ajoutez le reste des ingrédients, soit les oeufs, le sucre, la poudre d'amande et la poudre à pâte (levure chimique). Mixer le tout.

Verser la préparation dans un moule à charnière de 21 cm préalablement graissé, enfariné et dont le fond aura été tapissé d'un papier parchemin.

Enfourner dans un four préchauffé à 300 degrés F (150 degrés C) et cuire environ 60 minutes ou jusqu'à ce qu'une petite brochette insérée en son centre ressorte propre.

Lorsque le gâteau est refroidi, le glacer avec une Chantilly juste avant le service (crème à fouetter 500 ml + sucre + vanille) ou saupoudrer de sucre à glacer. Servir.

Merci Nadji!

jeudi 12 février 2015

Chili végétarien au quinoa


Avec cette recette de chili au quinoa inspirée par une copinaute américaine, on est dans les ligues majeures de la recette réconfortante. Quel régal que ce plat venu du Sud, qui réchauffe et rappelle qu'on se dirige à petits pas vers le printemps. Enfin la mi-février avec ses journées qui allongent et le soleil qu'on sent plus présent! Début mars on avance l'heure. Notre situation s'améliore incontestablement!

Pour parfumer agréablement ce chili, j'ai employé un cumin suggéré par Ethné De Vienne des Épices de cru qui s'avère son préféré parmi toutes les variétés qu'elle vend : le cumin noir sauvage d'Ouzbékistan. Une épice de choix qui a contribué par la finesse de son goût à bien relever ce plat!

Il serait triste que vous vous passiez de cette recette parce que vous n'êtes pas fan du quinoa. Dans ce plat, le quinoa se marie admirablement bien aux autres ingrédients, ce qui fait qu'on n'a pas, en bouche, l'impression habituelle laissée par ce grain. Allez, osez, vous ne le regretterez pas!









Chili végétarien au quinoa
6 portions
500 g de quinoa cuit
1½ c. à soupe d'huile d'olive
1 3/4 tasse (250 g) d'oignon haché
4 gousses d'ail hachées
1 conserve de 798 ml (ou 2 conserves de 400 g) de tomates en dés
1 boîte de sauce aux tomates de 398 ml (400 g) (j'ai employé la Hunt's)
1½ tasse d'eau (ou de bouillon de poulet (mon cas) ou de bouillon de légumes)
1 petite conserve de 4,5 onces (127 ml) de piments chili verts hachés, non égouttée (si impossible à trouver employer un piment jalapeno dont la membrane blanche et les pépins auront été retirés minutieusement)
2 c. à thé de graines de cumin, moulues
½ c. à thé de graines de coriandre, moulues
2½ c. à soupe de poudre de chili
1½ c. à thé de paprika
½ c. à thé de piment de Cayenne moulu (diminuer la quantité si le piment jalapeno s'avère piquant)
½ c. à thé de sucre
sel et poivre du moulin
1 conserve de 514 ml de haricots rouges nains, égouttée (ce qui équivaut à 350 g de haricots égouttés)
1 conserve de 514 ml de haricots noirs, égouttée (ce qui équivaut à 300 g (oui!) de haricots égouttés)
1½ tasse (200 g) de grains de maïs congelés
½ tasse (1 poignée) de feuilles de coriandre hachées grossièrement
2 à 3 c. à thé de jus de citron vert

Dans une très grande casserole à fond épais, faire revenir les oignons dans l'huile d'olive, sans les brunir, pendant 4 minutes.

Ajouter l'ail et cuire 30 secondes.

Incorporer les tomates en dés, la sauce aux tomates, le quinoa cuit, l'eau ou le bouillon, les chilis et leur eau, les épices, le sel et le poivre. Porter à ébullition, réduire le feu à moyen-doux, couvrir, mais pas complètement et laisser mijoter 30 minutes en brassant à l'occasion.

Ajouter les haricots rouges égouttés, les haricots noirs égouttés, le maïs, les feuilles de coriandre, le jus de citron vert et réchauffer 3 à 4 minutes le temps que les grains de maïs soient cuits. Servir.

mardi 3 février 2015

Spaghetti de courgettes, sauce aux tomates cuites et aux tomates confites


Quand on est une «tomatomane» comme moi et que l'on aperçoit une conserve de tomates jaunes au supermarché, c'est sûr qu'on l'achète et qu'on en fait quelque chose, comme par exemple une petite sauce parfumée à l'ail, à la coriandre et au basilic. Étonnamment le basilic séché et la coriandre moulue vont très bien ensemble et s'agencent particulièrement bien au goût de la tomate.

Souvent, on retrouve la coriandre déjà moulue en pot. Ce n'est pas ce que j'emploie dans ma cuisine parce que j'y préfère nettement le goût des graines qu'on moud soi-même, qui est moins puissant et plus raffiné que le prémoulu. Même chose pour le cumin.

L'idée de se faire côtoyer dans la même assiette une sauce aux tomates cuites et une sauce aux tomates confites, c'est juste pour le plaisir de déguster des tomates travaillées de deux façons distinctes mais qui se complètent à ravir. C'est le festival de la tomate en plein hiver, et ça, on aime ça!

La tomate jaune est-elle si différente en goût de la tomate rouge? Pas vraiment, mais avouez que dans l'assiette, ça flash!



 Sauce aux tomates jaunes cuites.  Les tomates employées étaient en conserve.


Tomates confites. 
La prochaine fois, je vais me calmer et mettre moins d'ail cru dans les cavités des tomates avant de les enfourner!



Spaghetti de courgettes, sauce aux tomates cuites et aux tomates confites
2 portions
4 courgettes moyennes-grosses taillées au Spiralizer 

Sauce aux tomates cuites :
1 1/2 c. à soupe d'huile d'olive
2 c. à soupe d'ail haché
1 conserve de tomates jaunes entières pelées de 398 ml (400 g)
1 pincée de sucre
1/4 c. à thé de basilic séché
1/2 c. à thé de graines de coriandre broyées
sel et poivre du moulin

Dans un poêlon, verser l'huile et y faire revenir l'ail à feu moyen-fort pendant 30 secondes. L'ail ne doit pas brunir.

Ajouter tous les autres ingrédients et laisser mijoter à feu moyen-doux, à découvert, environ 20 minutes. Réserver.

Tomates confites :
6 tomates cerise rouges (de type cocktail)
8 tomates cerise jaunes (de type cocktail)
1 c. à soupe d'ail haché (ce sera bien suffisant!)
romarin séché et thym au goût (un peu plus de romarin que de thym : ici on parle de pincées)
huile d'olive
sel

Couper chaque tomate en deux. Avec les doigts enlever les graines ce qui libérera les cavités des tomates. Déposer les demi-tomates sur une plaque allant au four recouverte d'un papier parchemin.

Incorporer les morceaux d'ail haché dans les cavités des tomates. Saupoudrer de romarin et de thym séchés. Verser de l'huile en filet sur les tomates, saler et enfourner à 300 degrés F (150 degrés C) pendant 30 minutes.

Montage :
Réchauffer la sauce aux tomates cuites.

Ébouillanter les spaghetti de courgettes pour les réchauffer.

Dans chaque assiette creuse individuelle réchauffée au four, déposer les spaghetti de courgettes et verser la sauce aux tomates cuites.

Déposer quelques tomates confites chaudes sur les spaghetti. Conserver les tomates en trop pour une autre utilisation comme une bruschetta.

Servir en plat principal avec une source de protéines comme par exemple une escalope de veau grillée. Ou encore, on peut aussi ajouter des pois chiches qui apporteront les protéines nécessaires pour avoir un repas plus nutritif.

dimanche 1 février 2015

Salade de thon à la mangue, aux tomates et aux olives noires


Tomber sur une mangue au goût parfait, ce n’est pas aussi évident que ça. On a beau utiliser toute sa science culinaire pour la choisir en la tâtant et en l’observant sous toutes ses courbes, on prend toujours un risque, même si on s'assure de bien la faire mûrir sur le comptoir de la cuisine, non loin des tomates, histoire de lui faire profiter un peu du mûrissement de ces dernières.

Ce n’est qu’en y goûtant après l’avoir taillée, la plupart du temps maladroitement dans mon cas, que le verdict se pose. Ou elle est dégueulasse et ne goûte rien bien qu’elle soit mûre, ou elle est exquise et sublime. Qu’y a-t-il de meilleur qu’une bonne mangue mûre juste assez, ferme et molle à la fois, sucrée comme il le faut avec ce petit goût de poivre tellement capotant!

Si vous voulez amplifier légèrement le goût doux de la mangue, le pain bagel s’avère idéal. En revanche, si vous n’avez pas trop le bec sucré un autre type de pain plutôt salé, comme un pain multigrains, fera votre bonheur!





!



Le goût de la mangue s'harmonise parfaitement à celui du thon : un vrai délice!




Salade de thon à la mangue, aux tomates et aux olives noires
2 portions
1 conserve de thon pâle en morceaux, dans l'eau, de 170 g (120 g de chair lorsque égouttée)
80 g de mangue fraîche en cubes
25 g de céleri (branche) en petits cubes
6 à 8 olives Kalamata coupées en 3
4 tomates cerise coupées en 4
2 c. à soupe de coriandre fraîche hachée
2 c. à soupe de mayonnaise légère

Égoutter le thon bien comme il faut. Déposer dans un petit saladier.

Ajouter tous les autres ingrédients. Mélanger. Servir sur une feuille de laitue avec d'autres types de salade ou employer comme garniture d'un sandwich.

Lorsque la salade de thon est préparée d'avance et réfrigérée, la sortir du frigo 15 minutes avant l'emploi.

jeudi 29 janvier 2015

Potage gratiné à la courge Butternut et à l'oignon grillé


J’adore les courges et particulièrement la courge Butternut qui offre une texture très agréable en bouche surtout dans un potage. Son goût particulier s’harmonise de façon merveilleuse au fromage et à l’oignon, ce qui en fait une alternative délicieuse à la soupe gratinée à l’oignon traditionnelle.

Concocté dans un bouillon de volaille aromatisé au sept-épices libanais, mon mélange d’épices fétiche, ce potage gratiné plaira à toute la famille.




Dans ma cuisine, j'emploie deux marques de sept-épices libanais, celui de Philippe De Vienne et celui de la marque Cedar qui est déjà moulu et qui est en vente chez Adonis. Quand j'ai besoin d'un sept-épices au goût parfait, je sors mon mortier et je mouds celui de De Vienne. Pour un bouillon de poulet, j'utilise souvent le Cedar qui fait le travail, comme on dit! 



Courge Butternut, carotte et poireau sont les trois légumes qui entrent dans le potage en plus de quelques tranches d'oignon jaune qui seront grillées et cuites à part dans un poêlon pendant que le potage cuit. Ce n'est qu'au dressage que les tranches d'oignon seront ajoutées dans chaque bol individuel avant que le tout soit gratiné au four.


Dans le bol, entre 10h et midi, on remarque une touche de crème 15%. Pour ce qui est du fromage mozzarella, il a été déposé sur un morceau de pain préalablement grillé. Pour griller du pain, il suffit de le badigeonner d'un peu d'huile d'olive et de l'enfourner à broil (salamandre), quelques secondes ou quelques minutes, tout dépend de la localisation de votre grille dans le four.


Potage gratiné à la courge Butternut et à l'oignon grillé
6 à 8 portions
Pour le bouillon de poulet :
carcasse de poulet ou 1 poitrine de poulet avec peau ou 1 grosse cuisse de poulet avec peau
10 tasses d'eau (2,5 litres)
1 c. à thé de sept-épices libanais
2 feuilles de laurier
2 pincées de thym séché
1 oignon pelé, coupé en quatre
sel (bien saler) et poivre noir du moulin

Pour le potage :
1 1/2 c. à soupe d'huile d'olive
1 courge Butternut moyenne-grosse (vous aurez besoin de 700 g de chair en cubes. Peler la courge d'abord)
1 grosse carotte hachée
1 poireau de grosseur moyenne tranché, la partie blanche seulement
8 tasses (2 litres) de bouillon de poulet
1/2 c. à thé de sel d'ail
sel et poivre s'il y a lieu

Pour le dressage, juste avant d'enfourner :
quelques oignons jaunes moyens, tranchés et cuits à la poêle dans l'huile d'olive ou le beurre (prévoir 3 tranches d'oignon par personne)
pain grillé
crème 15% (facultatif)
fromage pour gratiner comme la mozzarella, le cheddar, le gruyère, le comté, etc., coupé en fines tranches ou râpé)

Le bouillon :
Dans un gros chaudron, déposer le poulet et verser l'eau dessus. Porter à ébullition en surveillant. Écumer le bouillon s'il y a lieu avec une cuillère à trous.

Baisser le feu à moyen et ajouter le reste des ingrédients. Couvrir et laisser mijoter 1 heure à feu moyen-doux.

Passer le bouillon au chinois. Réserver. Conserver la viande pour réaliser sandwiches ou salades.

Le bouillon peut être fait la veille ou l'avant-veille. En le réfrigérant, le gras du bouillon remontera à la surface et figera. Quand sera venu le moment de faire le potage, il suffira d'enlever cette couche de gras et de la jeter. Je laisse toujours un petit peu de gras, parce que le gras est porteur de goût.

Le potage :
Dans une grande casserole, chauffer l'huile d'olive et faire revenir les cubes de courge 2 minutes à feu maximum. Ajouter les carottes et cuire aussi 2 minutes. Incorporer le poireau et faire revenir une minute. Verser le bouillon de poulet et amener à ébullition. Couvrir la casserole presque entièrement et laisser mijoter 25 minutes à feu moyen-doux ou jusqu'à ce que les légumes soient très tendres.

Laisser tiédir et mixer au pied mélangeur. Ajouter 1/2 c. à thé de sel d'ail.

Pendant que le potage cuit, faire revenir des tranches d'oignons dans l'huile d'olive ou le beurre, à feu moyen, 5 à 10 minutes. Les tranches doivent être assez épaisses. Ne pas les défaire, en les cuisant, ainsi elles seront plus faciles à déposer dans chaque bol avec une spatule. À mi-cuisson les retourner, comme si on retournait une galette. Les tranches d'oignon sont cuites lorsqu'elles sont tendres sans être défaites. Réserver.

Le dressage avant d'enfourner. Dans chaque bol individuel :
Verser le potage bouillant.

Déposer 3 tranches d'oignon rôties.

Déposer un morceau de pain grillé.

Verser un peu de crème (facultatif).

Recouvrir entièrement de fromage, plus que sur les photos, parce que le fromage c'est bon et nourrissant.

Enfourner à broil (salamandre) le temps nécessaire pour que le fromage fonde et dore un peu. Rester à côté du four et surveiller parce que cela peut se faire très rapidement. Servir.

dimanche 25 janvier 2015

Baba ganoush facile, facile


Envie folle de manger du baba ganoush!

Pas envie pantoute (lire ici du tout) de jouer avec le feu, c'est-à-dire de faire griller mon aubergine!

Et voilà que me vient l'idée d'aller consulter un livre de cuisine libanaise que j'adore : La cuisine libanaise de Salma Hage.

Je suis sûre que cette chef extraordinaire doit proposer un très bon baba ganoush et oh! miracle! elle ne fait pas griller son aubergine. Elle la fait cuire au four tout simplement à 400 degrés F (200 degrés C), sans papier d'alu, comme ça, à découvert, sans même la recouvrir d'huile, pendant une heure. Pas d'aubergine à retourner en cours de cuisson, rien! C'est presque trop beau! Je décide néanmoins de mettre un petit peu d'huile d'olive dans le fond de mon plat avant de l'enfourner.

Pendant la cuisson, aucune odeur d'aubergine ne flotte dans l'air, en fait ça ne sent rien dans la cuisine. C'est à l'intérieur du légume que ça se passe : les molécules doivent s'agiter en diable!

Après une heure de cuisson, je la retire du four et la pique avec une brochette de bois pour constater qu'elle est tendre comme elle doit l'être. Au moment même, de la vapeur s'échappe de l'orifice et l'aubergine se dégonfle comme un ballon. Comme je sais que l'aubergine peut avoir tendance à s'oxyder si elle est contact avec l'air, je pose un tout petit morceau de papier film sur l'orifice pour faire écran, et je l'oublie deux heures dans son plat de cuisson sur le comptoir.

Maintenant il n'y a plus qu'à broyer mon ail au mortier avec un peu de sel. J'y ajoute du tahini et du jus du citron et j'incorpore ce mélange à la chair de l'aubergine que j'ai débarrassée très facilement de sa peau. Avant de rejoindre le tahini, la chair molle à souhait s'est laissée défaire et écraser à la fourchette

Facile, tellement facile et absolument délicieux!

Chose à retenir : l'aubergine cuite n'aime pas l'air, comme on le mentionnait plus haut, et n'aime pas le fer non plus, d'où l'importance d'employer des ustensiles en acier inoxydable et des plats allant au four en verre, en céramique ou en acier inoxydable.


Une belle grosse aubergine de 20 cm a été déposée dans un plat de céramique allant au four. Nul besoin de la couvrir ou de la huiler. Elle cuira pendant 1 heure à 400 degrés F (200 degrés C) sans qu'on ait à la retourner. La cuisson ne se fait donc pas à broil (salamandre), mais  dans un four chaud tout simplement.


Voici à quoi ressemble l'aubergine après avoir été piquée avec une brochette de bois après 1 heure de cuisson. Vérification faite, la cuisson est complétée, car la chair est tendre comme il le faut.  


Avant d'enlever la peau de l'aubergine refroidie, il faut préparer au mortier la mixture d'ail, de tahini et de jus de citron.




Baba ganoush facile, facile
4 portions
1 grosse aubergine de 20 cm de long
1 petite gousse d'ail dégermée, broyée au mortier
1 pincée de sel
1 c. à soupe de tahini
2 c. à thé de jus de citron
sel et poivre du moulin
1 branche de persil, de coriandre ou de cresson (photo) en décoration

Préchauffer le four à 400 degrés F (200 degrés C). Huiler légèrement le fond d'un plat de céramique ou de verre et y déposer l'aubergine. Enfourner et cuire, à découvert, pendant 1 heure.

Vérifier la tendreté de l'aubergine avec une brochette de bois. Si cette dernière s'insère très facilement à travers le légume, c'est que l'aubergine est cuite. Laisser refroidir complètement l'aubergine à l'air libre pendant plus ou moins 2 heures dans son plat de cuisson après avoir pris soin de couvrir le trou laissé par la brochette avec un petit morceau de film alimentaire.

Dans un mortier, écraser l'ail avec une pincée de sel. Ajouter le tahini et le jus de citron. Mélanger.

Enlever la peau de l'aubergine et la jeter. Écraser la chair avec une fourchette en acier inoxydable ou une cuillère en bois. Incorporer la chair au mélange de tahini et bien mélanger à la fourchette. Saler et poivrer. Recouvrir le bol de service d'un film alimentaire. Pour préserver la couleur du baba ganoush, coller le film sur la préparation. Réfrigérer 1 heure avant de servir accompagné de pains pita, de pain baguette ou de biscottes.

lundi 19 janvier 2015

Tempeh sauté avec choux de Bruxelles, pois mange-tout sucrés et fèves germées (pousses de soja)


Varier son alimentation est probablement la meilleure manière de rester en santé. C'est aussi une façon d'assurer sa propre sécurité alimentaire. Comme on n'est jamais vraiment sûr de la parfaite qualité des aliments que l'on mange, vaut mieux opter pour la variété, non seulement des produits, mais aussi des marques. Par exemple, je change souvent de marque d'oeufs, parce que j'en mange un par jour. Le seul produit de base auquel je suis parfaitement fidèle est le lait. J'achète toujours le même parce que j'aime le contenant qui représente une scène champêtre et ça depuis des décennies!!! Personne n'est à une contradiction près ;)

Dans cet esprit de vouloir varier mes sources de protéines, j'ai découvert le tempeh. Si vous aimez la soupe au miso ou la bière, tout comme moi vous apprécierez le tempeh. À la différence du tofu qui est aussi issu du soja, le tempeh est fermenté. Pour avoir goûté au tofu comme à peu près tout le monde, je crois que je préfère le tempeh. La texture m'apparaît plus agréable en bouche, parce qu'on perçoit la graine de soja. Pour en connaître plus long sur cet aliment, cliquer ici.

Le tempeh, ça vous intéresse? On peut s'en procurer dans les magasins d'aliments naturels.


Comme je cuisinais le tempeh pour la première fois, j'ai décidé de l'acheter déjà mariné. Ce choix s'est avéré judicieux et délicieux!
Présenté sous forme de languettes de 12 cm x 2 cm, je n'ai eu qu'à les faire revenir dans un poêlon à feu très vif avant de les garder au chaud en attendant que mon sauté de légumes soit prêt. Sur cette photo, le tempeh est grillé.


Voici la marque de tempeh que j'ai achetée chez Avril.


Des tomates cerise ont été ajoutées crues dans les dernières secondes de cuisson. Étonnamment, le goût de la tomate s'harmonise très bien au plat. En Amérique, les tomates sont toujours absentes dans ce type de sautés. Par contre, en France, il m'est arrivé de manger des plats asiatiques dans lesquels on avait déposé des morceaux de tomates en fin de cuisson. Croyez-moi, c'est délicieux!


Tempeh sauté avec choux de Bruxelles, pois mange-tout sucrés et fèves germées (pousses de soja)
2 petites portions ou une grosse portion
1/2 + 1/2 c. à soupe d'huile végétale neutre
6 languettes de tampeh marinées au sésame et à l'ail (le tempeh s'achète déjà mariné)
8 à 10 choux de Bruxelles selon leur grosseur, débarrassés de leur première feuille et tranchés en 2 ou en 3
10 pois mange-tout sucrés (sugar snap)
400 g de fèves germées (pousses de soja)
3 c. à soupe de sauce de haricots noirs (ne pas confondre avec la pâte de haricots noirs)
5 ou 6 tomates cerise coupées en 2

Dans un poêlon, verser 1/2 c. à soupe d'huile et faire revenir les languettes de tempeh après avoir pris soin de les essuyer avec un essuie-tout pour les assécher. Les cuire environ deux minutes à feu vif d'un côté et une minute de l'autre. Réserver au chaud dans un four à 170 degrés F (77 degrés C).

Dans un wok, verser 1/2 c. à soupe d'huile et faire revenir à feu assez vif les tranches de choux de Bruxelles environ 1 minute.

 Ajouter les pois mange-tout et cuire 2 minutes.

Incorporer les fèves germées  (pousses de soja) et verser la sauce de haricots noirs. Bien mélanger. Couvrir et après 2 ou 3 minutes vérifier la cuisson des fèves germées. Elles sont cuites lorsqu'elles sont encore un peu croquantes. Si tel n'est pas le cas, brasser de nouveau et poursuivre la cuisson encore 30 secondes ou 1 minute.

Ajouter les tomates au wok. Déposer la préparation dans des bols individuels.

Sortir le tempeh du four, le découper en diagonale et le répartir selon le nombre de convives. Servir.